Inverser l'accès à la culture ?

Publié le par devoirdeculture

par Alain Manac'h

 

 

Au-delà de la polémique sur l’échec patenté, avéré, supposé ou refusé des politiques culturelles il reste que dans ce dispositif, l’éducation populaire s’interroge souvent et de plus en plus, sur sa place et son rôle dans ces politiques. Ringardisée, il y a encore peu de temps, l’éducation populaire relève aujourd'hui la tête et surgissent un peu partout des « États généraux de l’éducation populaire », des « réflexions sur la refondation de l’éducation populaire ». Interrogation sur les pratiques, questionnement sur l’intégration des personnes, dans la décision démocratique, sur la capacité à peser sur la transformation sociale, réflexion sur les actions dans le champ culturel conduite par l’éducation populaire. Bref, ce « remue méninges » semble ouvrir la voie à une nouvelle naissance qui interroge les pratiques culturelles dans leurs objectifs et leurs fonctionnement.

On ne peut plus se contenter du constat, énoncé par Frank Lepage, dans sa conférence gesticulée, d’un magnifique : « l’éducation populaire monsieur, ils n’en n’ont pas voulu »mais nous pouvons, avec lui d’ailleurs, organiser cette résistance renouvelée et acharnée pour qu’au-delà de toutes les instrumentations, l’éducation populaire retrouve ce qui l’a fondée : l’accroche sur une idée à la fois simple et complexe « la culture ».

 

 

Le développement culturel un petit tour et puis s’en va.

Le 27 mai 1968 les associations d’éducation populaire occupaient le FIAP (Foyer International d’Accueil de Paris) et dans une déclaration commune, elles s’accordaient pour proclamer l’objectif du « développement culturel », défini comme le moyen de permettre « aux Français et Françaises de se donner, depuis l'enfance et la vie durant, – dans tous les domaines de la vie économique, sociale, culturelle et politique – des moyens d'information, de confrontation, de consultation tels qu'ils permettent de participer, à tous les échelons, à l'élaboration et à l'exécution concernant leurs propres affaires ». Plus tard, Jacques Duhamel éphémère ministre de la Culture introduit, pour la première fois dans le ministère des affaires culturelles, cette idée du développement culturel c'est-à-dire l’acception anthropologique de la Culture comme capacité ou compétence permettant de se situer dans le monde et de participer à sa transformation.

Cette fugace convergence, entre l’éducation populaire et la puissance publique, ne durera pas. Une petite résurgence éphémère entre 1981 et 1983 (avec sous Jack Lang le département du développement culturel)… Et ensuite, de nouveau, place à la grande culture à l’accès à la culture…

En 1993 c’est Jacques Toubon qui entrouvre la porte du ministère de la Culture aux fédérations d'éducation populaire, cette ouverture se concrétise, six ans plus tard, par la signature d’une charte qui stipule que « les mouvements et fédérations d’éducation populaire présents sur l’ensemble du territoire constituent un maillon important du développement culturel de par leur ancrage territorial et la diversité de leurs modes d’intervention ». La collaboration qui s’engage sera inégale et ne devra son maintien qu’à l’engagement pugnace des fonctionnaires qui sont en charge de ce dossier. Certains n’hésitent pas à penser que l’éducation populaire c’est, décidemment, beaucoup de monde et qu’il s’agit, alors, d’autant de public potentiel à capter et à drainer vers les institutions de la Culture. Les mouvements d’éducation populaire, quant à eux, réussissent pourtant quelques belles innovations et notamment à travailler entre elles sur certains dossiers communs, liés à la pratique des amateurs, au développement et à la facilitation de la prise de parole. Malheureusement les tentatives de déclinaisons de cette charte dans les Drac (Directions Régionales des Affaires Culturelles), qui ne se sentent pas liées par ces engagements de l’État, sont à quelques exceptions près sans effets.

 

 

L’accès à la culture, une certaine forme de mépris

Les politiques culturelles ont montré leurs limites. Durant toutes ces années on s’est attaché à organiser « l’offre culturelle » et non à prendre en compte la « demande de culture ». Jacques Rigaud, ancien directeur de cabinet de Jacques Duhamel, évoque, quant à lui, un véritable « schisme culturel ». Il prolonge son idée en précisant qu’au lieu d’unifier le peuple, l’action sur la culture a accentué la fracture. Ce sont, sans doute, les conséquences d’une action culturelle uniquement envisagée à partir de « l’offre artistique d’excellence », illustrée par l’idée « d’accès à la culture ». D’une culture légitimée par les experts des politiques culturelles, et, pour aller vite, d’une culture objet des pratiques d’une moyenne bourgeoisie diplômée plutôt urbaine, et qui, de fait, correspond plus à une démarche d’accès aux arts, de consommation de l’art, qu’à une démarche de développement de la culture.

Nous devons mesurer combien la formulation « accès à la culture » est porteuse de mépris vis-à-vis de ceux à qui elle s’adresse. Ceux-là, à l’évidence, n’auraient pas de culture…, ce que contredit évidemment toute réalité de l’expérience humaine. Cette perception de la métaphore de l’accès est fortement appuyée par le primat de « la création » et des créateurs comme cœur des politiques culturelles. Pourtant, ne serions-nous pas avec ces politiques culturelles au cœur de la « société du mépris ». Le mépris de l’autre se propage dans toutes les strates de la société. Il provoque l’humiliation des uns et la domination des autres et construit des relations inégalitaires. Et lorsque ce mépris prend la forme du rejet « de la différence culturelle », il en résulte des formes d'oppressions tout aussi graves que la violation des droits fondamentaux.

Si l’on veut être moins critique, (mais pourquoi le serait-on ?), on peut reprendre le propos d’Edgar Morin : « Nous avons vécu sur une idée extrêmement restreinte de la culture. »

On peut aisément faire l’hypothèse que ces politiques « d’accès à… » portent en elles les germes de leur inévitable échec. Comment faire « culture » et atteindre un des objectifs fondateurs de l’éducation populaire – construire un peuple et sa culture –, si le postulat de départ consiste à nier, a priori, l’existence d’une culture de chacun. C’est sur ce fondement que l’existence de la personne se construit. Comment ignorer que chacun aspire avant tout à sa propre dignité, c'est-à-dire à sa reconnaissance. Reconnaissance de ce qui nous rend différents les uns des autres, et de ce qui nous construit comme personne. Comment peut-on imaginer un seul instant de construire ce « vivre ensemble » souhaité, si les valeurs fondamentales inscrites dans les langues, les mœurs, les pratiques, les coutumes, les envies, les regards et autres expressions d’une culture populaire ne sont pas reconnues. Et de ce fait méprisées car niées. Elles devraient être pourtant les éléments constitutifs d’une autre forme possible d’« excellence ».

Reconnaissons-le. L’éducation populaire s’est rendue trop souvent complice de cet « accès à la culture ». Contrainte de suivre les politiques de « médiation », de « préparation à… » en vue de façonner, voire de modeler, des « publics à conquérir », au nom d’un mieux-être. Vaste cécité qui postule au départ que la culture s’acquiert et, surtout, ailleurs que dans les sphères de son propre patrimoine. Combien d’artistes amateurs ont-ils vécu ce mépris manifesté par les institutions de la culture vis-à-vis de leurs créations et le déni de leur propre qualité ?

 

 

La pratique des amateurs, inverseur d’accès…

Guy Saez, dans une communication devant les Cercles de l’Éducation populaire dans un colloque à Grenoble (2010) déclarait qu’un des éléments de la recomposition de l’éducation populaire était la redécouverte des amateurs : « Il y a une vie qui est à la fois une vie sociale et une vie culturelle, une vie artistique au niveau des amateurs qu’il faut réintégrer dans le grand bain de la culture. »S’il y a un secteur de l’activité artistique de notre pays qui a souffert du mépris des institutions de la culture c’est bien celui des pratiques des amateurs. Et il ajoutait : « C’est un élément qui n’était pas très présent jusqu’au début des années 2000 et puis brusquement on s’est rendu compte que penser une action culturelle, penser une politique culturelle sans les amateurs ou même contre les amateurs c’était suicidaire. »Sans doute, mais en 2011 le chantier s’ouvre à peine. Et il est vaste.

Parler de la pratique artistique (des amateurs), c’est s’opposer à la consommation culturelle ; c’est opposer ce qui s’inscrit dans la durée à ce qui se consume ; c’est préférer ce qui construit, à la cendre volatile que laisse la consummation. Nous sommes alors très loin de la possession, de l’avoir, nous sommes dans le plaisir de l’accès à sa propre expression, dans le plaisir de l’être. L’expérience de la création, est une aventure qui donne du sens ; il est bon qu’elle ne soit pas confisquée, et qu’elle puisse pour aller à son terme, se manifester et se montrer à un public. Les pratiques des amateurs peuvent s'inscrire de manière autonome dans ce processus.

Nos actions d’éducation populaire pourraient se rénover considérablement dans l'accompagnement des pratiques en amateur. Mais que ce soit l’accompagnement du plaisir sans a priori ! Il s’agit alors de proposer au plus grand nombre un cadre de l'expression et de la confrontation en alimentant ce plaisir de « faire », et souvent de « faire ensemble ». Nourrir ce plaisir pour qu'il ne s'émousse pas, qu'il devienne quelque chose d'essentiel, qu'il soit fédérateur. Précisons que le plaisir n'est pas l'à-peu-près ni le dilettantisme, l’exigence artistique nourrit le plaisir.

Si des critères liés à l’exigence pouvaient aussi remplacer celui de « qualité » ce serait également une bonne nouvelle. La qualité ne se quantifie pas. Elle ne peut pas se normaliser. Qui peut juger de la qualité, de l'intensité et de la force d'une rencontre s'il est totalement étranger aux enjeux de la rencontre ? Qui peut dire qu'un concours d'accordéon n'est pas un moment de construction de sens très fort pour les participants (musiciens et spectateurs) ? Qui peut dire qu'un « sketch » joué par des habitants devant leurs concitoyens ne puisse être un moment de qualité ? On peut multiplier à l'infini les exemples de ce genre. La seule évaluation que l'on peut faire de la qualité, c'est certainement l'engagement des participants dans la démarche ; par conséquent, substituons au concept de qualité celui d'exigence artistique.

Les institutions de la culture ne reconnaissent les pratiques des amateurs qu’encadrées par des « professionnels », reconnus par les experts de toutes sortes. Et cela sans aucune réflexion sur le profil des professionnels qui conduisent et/ou accompagnent la création artistique avec des amateurs. Cet accompagnement n’est pas toujours nécessaire et, en tout cas, il suppose un profil particulier et une attitude de professionnels, faite d’humilité, d’écoute, de respect de la singularité des personnes et des groupes, et de reconnaissance. Cette démarche porte en soi le souci de la valorisation.

Ce ne sont que quelques points importants de la question des pratiques en amateur. Cet appel à la réflexion dans ce domaine est aussi un appel à changer de regard sur les modes d'interventions culturelles sur les territoires. Nous apportons la même attention à la création artistique, qu'elle émane de « professionnels » ou d'« amateurs ». Nous avons la conviction que ce ne sont pas seulement les créateurs professionnels qui font la culture. Chaque individu dans son rapport à lui-même, dans son rapport à l’autre et dans son rapport au monde y participe. Contribuer à la construction de culture, c’est aussi avoir la capacité, chacun, de vivre en pleine harmonie avec son héritage bonifié ou actualisé par l'implication entre autres dans des actes de création. Patrimoine revalorisé, embelli, actualisé, mais largement cimenté par le socle de l'acquis. II faut espérer que nous sortirons d'une ère où l'action culturelle se résume à la seule idée de médiation entre l'œuvre et le public

Notre intervention de mouvement d'éducation populaire dans l'action doit se concentrer autour d'actions où le « faire » se retrouve enfin à parité avec le « voir », comme un incessant aller-retour entre sa propre création et celle des autres. Et il ne serait pas impensable que la puissance publique puisse enfin comprendre cette démarche et qu'elle s'implique fortement dans un soutien (à réinventer) aux pratiques des amateurs. Si possible autrement que pour y trouver les artistes professionnels ou les spectateurs de demain ; simplement parce qu'en elles-mêmes elles existent. Ce serait bien de changer le sens de l’accès à la culture ?

[...]

 

Télécharger le texte complet au format pdf.

 

Publié dans Contributions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article